Les derniers articles…

gb_drapeau

 

Tuberculose, la maladie de la honteMONGOLIE-331b

Par Anaïs Jumel et Olivier Laban-Mattei. Difficultés respiratoires, pneumonies, bronchites chroniques, pression artérielle élevée, mauvais développement des fœtus, naissances avant terme, cancers des poumons, de l’œsophage, de la vessie… A cette liste de maux aussi longue qu’effrayante dus à la pollution atmosphérique s’ajoute l’une des maladies transmissibles les plus meurtrières en Mongolie : la tuberculose pulmonaire et ses dérivés. Elle est en effet ici la troisième maladie contagieuse la plus répandue après les infections sexuellement transmissibles et l’hépatite virale. Et demeure, en outre, la principale cause de mortalité parmi ces trois virus selon l’Organisation Mondiale de la santé (OMS).

.

 

 

Dans les mines clandestines de Nalaikh

Par Anaïs Jumel et Olivier Laban-Mattei. A une heure d’asphalte à peine d’Oulan-Bator, près de la petite ville de Nalaikh, un véritable drame social et écologique se joue. L’exploitation « clandestine » du charbon par des milliers de gueules noires a permis au cours des vingts dernières années d’apporter travail et nourriture aux familles de la région mais a détruit des dizaines de kilomètres carrés de nature, engendré la mort de centaines de mineurs et provoqué de graves maladies pour la plupart d’entre eux. Aujourd’hui, l’Etat menace de récupérer le site pour son propre compte, au dépend des mineurs illégaux et de leurs familles. Dans la capitale, la consommation massive du charbon pendant l’hiver dans les quartiers déshérités constitue un fléau écologique et sanitaire majeur. 

.

.

Contorsion mongole, patrimoine en danger ?

Par Tristan Lefilleul et Olivier Laban-Mattei. Les contorsionnistes mongols sont réputés pour être les meilleurs dans le monde du spectacle. Recrutés par les cirques les plus prestigieux, récompensés par les meilleurs prix de la profession, ils font figure de référence. En Mongolie, les enfants rêvent de vivre une carrière internationale à l’image de leurs idoles et leurs familles les encouragent souvent dans ce sens. Considérée comme un vecteur d’ascension sociale, cette discipline artistique déchaîne les passions. L’intérêt financier que peut représenter une école de contorsion pousse parfois certains professionnels à des dérives.

.

.

.

La santé en Mongolie, chapitre I

Par Olivier Laban-Mattei. Les femmes à grossesses risquées déambulent telles des zombies en robe de chambre dans l’unique corridor du service. Elles se tiennent d’une main le ventre, de l’autre le dos, se voûtent, se cambrent, glissent péniblement leurs pantoufles sur le sol lisse et froid, s’accrochent comme elles le peuvent aux objets qu’elles rencontrent sur leur chemin, se tordent de douleurs insupportables, poussent des petits gémissements lancinants, et attendent courageusement, dans une immense solitude, l’heure de leur délivrance.

.

..

Points de vue

Par Olivier Laban-Mattei. Du fond de son atelier de Park Design à Oulan-Bator, Dalkhaa fait glisser ses grandes mains mouillées le long du corps de son loup de glaise. Il le caresse lentement, le modèle, le façonne. Ses doigts courent sur les muscles saillants de l’animal délicatement taillés au couteau. Mais cette petite statue d’à peine deux dizaines de centimètres de hauteur n’est que le modèle en terre d’un « loup des steppes » démesurément grand, l’œuvre de sa vie qu’il imagine un jour érigée au beau milieu des plaines mongoles.

.

.

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: